PORTRAIT



CE QUE DIT LA PRESSE 2006

… de l’homme en quelques qualificatifs et quelques phrases

Aussi sympathique que direct et passionné - L’alterhumaniste - L’injustice et l’inhumanité qui souillent la planète l’insupportent - La tentation médiatique de réduire son parcours artistique à trois succès du hit-parade vieux de 30 ans l’irrite un brin (Chorus)

Un artiste hors-norme qui continue une carrière atypique qui lui ressemble (Journal Le Mague)

Un homme apaisé et un artiste attachant (Vers l’Avenir)

Refusant d’être médiatisé pour ce qu’il appelle « de mauvaises raisons », il a parfois donné l’image d’un homme bourru, introverti, alors qu’il est tout le contraire (Le Figaro)

Artiste discret mais surtout essentiel au répertoire francophone (MusiQualité)

Homme de lettres et chanteur engagé, Nicolas Peyrac pratique le métier d’artiste avec passion (Nos tendres et douces années)

Le baladin doux-amer (Femme Actuelle)

Un bel artiste lucide qui vient nous remettre à tous les pieds sur terre et nous faire rêver sur des mots d’amour puisés parmi les plus beaux (La Dépêche)

Homme de cœur et de conviction, témoin d’une époque un peu folle de l’humanité, dénonciateur des tares de notre monde moderne, amoureux éternel des beaux mots (Est Républicain)




… de l’album Vice-Versa sorti en mai 2006

… un vrai bijou ... toutes les mélodies sont redoutablement efficaces … l’album regorge de tubes en puissance … une furieuse envie de redécouvrir son répertoire.." (Platine)

album vice versa 2006
"… une fulgurance, une exigence et une pertinence dans l’écriture rarement égalée (…) une des plus belles chansons sur la tolérance « Ne me parlez pas de couleurs ».
Ce disque est un joyau, d’un bout à l’autre, certainement le plus abouti de sa carrière et incontestablement le plus réussi du paysage musical français depuis le début de l’année..." (Paru Vendu)



" ... Une carte postale pleine de couleurs et de sentiments qui font du bien… il y a le Peyrac d’avant, celui des escapades en guitare sèche et des harmonies chaleureuses. Il y a aussi le Peyrac d’aujourd’hui avec cette production moderne et ses arrangements sincères qui osent l’électronique et des guitares beaucoup plus affûtées … un disque plein d’audace et d’espoir..." (MusiQualité)

"... On s’y attendait, on avait été prévenus, mais on n’imaginait peut-être pas l’intensité de cette chanson : Ne me parlez pas de couleurs est un violent réquisitoire contre toutes les hypocrisies. Nicolas Peyrac a véritablement enflammé son public (…) au final, un spectacle qui donne envie de replonger dans le répertoire de Nicolas Peyrac dont les textes aboutis et l’orchestration efficace en font plus que jamais un chanteur d’actualité..." (Est Républicain)

"… des guitares à séduire d’emblée les adeptes de la bonne pop et des malins plaisirs d’auteur qui combinent joliment fantômes nostalgiques, séductions contemporaines et fraternités nécessaires..." (Midi Libre)

"... Raffinement des mélodies, textes ciselés, Nicolas Peyrac évolue au cœur d’une poésie où les mots s’habillent de grâce. … Treize titres à la richesse insoupçonnée et teintées de cuivres, cordes et claviers … un souffle de composition imparable, une liberté magnifiée..." (Nord Eclair)

"… une fois encore de la très belle musique, avec de belles choses à nous raconter de cette belle voix « de soie » qui a fait si bien craquer les filles au temps de « So far away from L.A. », de « Et mon père »..." (La Dépêche)


page précédente Auto-portrait
haut
page suivante
Association autour de Nicolas Peyrac - 2007   credits